Home Info Rachat Crédit France : la reprise n'est pas pour tout de suite
France : la reprise n'est pas pour tout de suite PDF Imprimer
Écrit par Administrator   
Mardi, 01 Septembre 2009 10:03

(Trends)

En dépit du rebond du PIB français au deuxième trimestre, les économistes restent très prudents. La croissance hexagonale ne devrait pas dépasser 1% en 2010. En effet, tous les moteurs de l'activité sont toujours grippés.

Le produit intérieur brut français a rebondi de 0,3% au printemps, laissant espérer à Bercy la fin de la crise. Mais pour l'instant, la plupart des économistes de France restent très prudents. En 2010, la croissance devrait se situer entre 0 et 1%. En effet, tous les moteurs de l'activité sont grippés.
Les entreprises sont sur la défensive. Et pour cause : les conditions de crédits demeurent restrictives (les crédits accordées aux entreprises ont baissé de 1,2% sur un an, au premier trimestre), les trésoreries sont tendues, les carnets de commandes sont dégarnis, si bien que les industriels anticipent une chute de 21% des investissements en 2009.

Tous les espoirs se portent vers le grand emprunt d'Etat

Conséquences : les licenciements vont se poursuivre et aucune amélioration n'est à attendre sur le front de l'emploi avant plusieurs trimestres. Après une pause surprise en juin, les inscriptions au chômage sont d'ailleurs reparties à la hausse en juillet dans l'Hexagone avec une augmentation de 19,3% sur un an.

Dans ce contexte, la consommation des ménages français n'a aucune chance de s'emballer. D'autant que plusieurs mesures de soutien aux ménages (prime à la casse et baisses d'impôts sur le revenu), ayant soutenu la consommation jusqu'à présent, ne sont que temporaires. Enfin, l'incertitude sur la réforme des retraites, prévue pour le milieu de l'année 2010, incite les Français à l'épargne, car ils craignent pour le montant de leur future retraite.

Devant cette morosité, tous les espoirs se tournent aujourd'hui vers le grand emprunt national. Mais deux conditions s'imposent pour qu'il relance effectivement la croissance. D'une part, il faudra investir sur des secteurs porteurs à long terme. Et d'autre part, il sera nécessaire d'éviter un appel massif à l'épargne des ménages, qui ponctionnerait encore un peu plus la consommation.
 
CREDIT SIMPLE TOUT SUR LE RACHAT CREDIT, Powered by credit-simple.com